Trash TV

– Hier soir. Il y avait un animateur à la mode, un type qui s’entoure quotidiennement du même cénacle d’humoristes à l’imagination intarissable. Il arrive que l’un frappe l’autre, lorsqu’un propos tombe à plat en guise de punition. Au pays de la bulle autour du corps, on s’étonne de cette goujaterie. Le paradoxe nait de l’effacement du respect immanent dû à son semblable devant les réalités hiérarchiques, quand justement le semblable ne l’est plus vraiment…Le Japon, pays de l’obséquiosité et du harcèlement tout à la fois.

– L’autre jour. Un concours de food fighter. Des tonnes d’assiettes débordantes se succèdent devant une jeune fille plutôt jolie, dotée d’un estomac et d’un intestin exceptionnels. Elle peut manger sans s’arrêter pendant des heures. Elle croule sous les applaudissements alors qu’elle doit bien en être à sa trentième assiette de sushis ou de yaki soba (nouilles sautées). Les engloutisseurs et leurs tubes digestifs insatiables sont mis sur le pavois. Paradoxe alors que les rations quotidiennes, en accord avec la corpulence des habitants, sont habituellement modestes. Une forme de fantasme de dévoration vécu par procuration donc…

– Le nouvel an. Concours de Karaoké. Une brochette de chanteurs et chanteuses en herbe, anonymes font des passes d’armes sur des tubes à la mode avant d’être notés par un jury. Entre les prestations, très inégales, les biographies des candidats présentées, la révélation des résultats surgit dramatiquement à grand renfort de sons électroniques et de compte à rebours sensés démultiplier le suspens. Hyperboles, exagérations, sur-dramatisation…Là encore, un paradoxe dans un monde fait habituellement de retenue, de mesure et de discrétion.

À peine après minuit, un type est contraint de tordre une serviette gorgée de sueur et d’ingérer sa propre transpiration. Attention, les enfants regardent….

– Une heure de grande écoute. Un comédien déguisé en caricature de Gay, mini short en cuir, gilet ouvert sans manche, casquette de cuir à la village people, se tortille le popotin dans un square pour enfant tandis que les mamans le regardent avec un air étonné mais bienveillant. Lui de s’approcher des marmots en girant son bassin, gros plan sur la braguette, avant de donner un brusque coup de hanche vers l’avant. Il se précipite ensuite tête à queue- à l’envers- sur un toboggan avec entre les jambes un gamin de 8-10 ans, qui ne dit mais. Visage plutôt souriant, exprimant l’incompréhension mais aussi l’amusement.

– En permanence. Des émissions de télé achat à la limite de l’honnêteté. Ainsi une petite serviette éponge, destinée à se placer derrière la nuque pour offrir du confort l’été est vendu 50 euros. La même dans un supermarché n’en coûterait pas plus de 2. Une chose qu’elle n’essuie pas : la crédulité. Qui a dit que le Japon qui fabrique sans doute les meilleures télévisions au monde, produit la pire d’entre elle ?