Kitanai tokoro demo kirei desu.

Les Macs do ? Tu connaissais ceux de NYC, encore plus ineffables que ceux de Paris question propreté. Au Japon ? Pas de frite qui traine par terre, pas de crasse sous les tables ou sur le carrelage, pas de gras sur les plateaux. Ça te donnerait presque envie d’y manger si la bouffe n’était pas la même.

Les clients sont propres et respectueux et le personnel maniaque. Tu peux t’imaginer que les japonais aiment généralement le travail bien fait. Donc même à cinq heures du mat, tu ne seras pas surpris de voir un type s’échiner avec un chiffon sur un des carreaux du mur du comptoir où sont les caisses. Et vas y que je t’astique tout ça à l’huile de coude. Tu te dirais presque qu’il serait plus sain de manger le carrelage que ce qu’il y a dans ta boite en polystyrène jaune.

Les trains ? Tu sais les pieds sur les sièges…Tu le dirais à un japonais qui n’est jamais allé en France, il n’y croirait pas. Lui qui se déchausserait presque avant d’entrer dans un compartiment pour pas ne pas salir le sol… Tu te rappelles le discours des biens pensants en France, qui généralement circulent en voiture : « on ne va quand même pas réprimer… ; les pauvres après tout, ils ne sont pas éduqués… ; et puis les gens sont maniaques… ».

A Paris, tu le vois tous les jours ce type qui met ses pompes sur les sièges et qui te regarde avec des yeux de tueur quand tu arrives pour t’asseoir sur son repose pied qu’il accepte tout juste de délaisser afin que tu puisses le nettoyer avec ton cul.

Et toi pourtant, conditionné à la culpabilité, le bienpensant, tu te demandes s’il n’a pas un peu raison de te traiter d’intolérant quand tu abordes ce sujet. Il est vrai qu’il est difficile de réfléchir quand tu es dans le train et qu’à côté de toi il y’en a un lascar qui rote, laisse rouler sa canette par terre avant de te taxer une clope pour l’allumer et te cracher la fumée au visage.

Ce sont les mêmes qui te diront : « ces japonais…vraiment des fourmis et des naïfs qui se font exploiter. Regardez par exemple ces retraités volontaires qui participent à des campagnes de ramassage des détritus sans être payés… »

Tu vois au Japon la différence c’est que respecter la règle et avoir de la considération pour la collectivité, c’est ça être fort.

Les toilettes ? Ils ressemblent souvent à des chambres stériles, le risque de contracter des maladies nosocomiales en moins. Ce qu’on ne trouve guère : la chasse d’eau pas tirées, les dépôts suspects sur les parois de l’émail, les gouttes décoratives et le papier toilettes jonchant le sol…

La rigueur, la responsabilité commence sans doute à l’école : le pays le plus riche du monde après les USA ne paye pas de larbins à ses têtes blondes qui doivent faire le ménage tour à tour le soir après la classe. Tu salis, tu nettoies. Du coup, tu réfléchis à deux fois avant de souiller exprès ou par négligence coupable. Et en plus ça fait office de cours d’éducation civique. En France, à la place on aurait étudié un texte et organisé un débat. Faut-il respecter le bien commun ? Et dire que certains pensent encore que le sadomasochisme est populaire au Japon parce que le marquis de Sade y est un auteur traduit et à succès.

null